Equipe

DIRECTEUR DU LABORATOIRE

Martin Lévesque, Ph.D.

ASSISTANTE ET ASSISTANT DE RECHERCHE

Véronique Rioux, M.Sc.

Modesto R Peralta, BS.c

STAGIAIRES POSTDOCTORAUX

« Je participe à la validation de cibles neuroprotectrices à la fois in vitro, avec l’utilisation de neurones dérivés d’iPSC, et dans un modèle de souris in vivo. Je me concentre sur les processus liés à l’autophagie et à la mitochondrie pour étudier et réduire l’accumulation d’alpha-synucléine et la neurodégénération dans la maladie de Parkinson. »

« Je participe à la validation de cibles neuroprotectrices à la fois in vitro, avec l’utilisation de neurones dérivés d’iPSC, et dans un modèle de souris in vivo. Je me concentre sur les processus liés à l’autophagie et à la mitochondrie pour étudier et réduire l’accumulation d’alpha-synucléine et la neurodégénération dans la maladie de Parkinson. »

Julia Obergastieger, Ph.D.

« Mes recherches visent à étudier les caractéristiques spécifiques de la maladie de Parkinson et le développement des neurones dopaminergiques dans les cellules souches humaines  pluripotentes induites (hiPSC). Je m’intéresse également au développement de modèles de maladies in vivo et d’approches de thérapies cellulaires pour la maladie de Parkinson utilisant les hiPSCs ».

« Mes recherches visent à étudier les caractéristiques spécifiques de la maladie de Parkinson et le développement des neurones dopaminergiques dans les cellules souches humaines  pluripotentes induites (hiPSC). Je m’intéresse également au développement de modèles de maladies in vivo et d’approches de thérapies cellulaires pour la maladie de Parkinson utilisant les hiPSCs ».

Tiago Jorge Bento Cardoso, Ph.D.

ÉTUDIANT(E)S AU DOCTORAT

« Mon projet vise à comprendre le développement des circuits dopaminergiques et se concentre sur la caractérisation des mécanismes impliqués dans la croissance axonale. En outre, nous voulons identifier les facteurs clés qui guident les projections spécifiques des neurones dopaminergiques vers leurs structures cibles. »

Charles Gora, M.Sc.

« Mon projet vise principalement à limiter la progression de la maladie de Parkinson dans le cerveau par l’utilisation de petits anticorps générés en laboratoire et injectés de manière intraveineuse dans un modèle de souris. Ces anticorps sont dirigés contre la protéine alpha-synucléine, qui est pathologique dans le contexte de cette maladie. »

Anne-Marie Castonguay, M.Sc.

« Avec les récentes évidences que l’œil est une fenêtre sur le cerveau ainsi que l’influence du microbiote sur notre système nerveux, mon projet de recherche vise à utiliser à la fois les anomalies de l’électrorétinographie (ERG) et les altérations du microbiote oral comme biomarqueurs pour le diagnostic précoce de la maladie de Parkinson ».

Victoria Soto, M.Sc

« J’utilise la microscopie à super-résolution pour caractériser les changements sub-cellulaires des neurones dopaminergiques humains dérivés à partir de cellules de patients atteints de la maladie de Parkinson »

Owen Ferguson

Maureen Touchant, M.Sc.

ÉTUDIANT(E)S À LA MAÎTRISE

« Je caractérise de nouvelles cibles thérapeutiques potentielles contre la maladie de Parkinson dans des modèles in vivo et in vitro. Mon but ultime est de développer des thérapies permettant de protéger les neurones dopaminergiques de la substance noire compacte (SNc) contre la neurodégénérescence. »

Cyril Bolduc